visiting-cambodia.com
Vous êtes ici : Accueil > Provinces > Phnom Penh > Break à Ariyaksat

UN BREAK À ARIYAKSAT

Le ferry pour Ariyaksat, sur le Mékong - Phnom Penh


Quelques jours passés à flâner dans les rues de la capitale suffiront à vous démontrer que Phnom Penh, la paisible ville au Quatre bras n'est plus la dormante capitale que l'on retrouve souvent décrite dans la littérature coloniale. La Perle de l'Asie est devenue une ville vrombissante et klaxonnante, à l'image de toute capitale d'Asie qui se respecte, et si l'on en apprécie la vitalité, il fait du bien parfois, d'en prendre repos...

Dix minutes suffisent pour changer sortir du dédale des rues numérotées et se plonger dans un Cambodge à l'atmosphère tout à fait différente.

Direction Ariyaksat, de l'autre côté du Mékong, à bord d'un ferry que l'on trouvera sur les quais juste derrière Dreamland à proximité du casino Naga. Descendez et embarquez sur une large barge plate, parmi les voitures, motos, cargaisons de légumes et autres chargements, le départ se fait dès que le ferry est plein ce qui ne se fait en général guère attendre, la liaison étant assurée en continu jusqu'aux environ de 21h le soir.

Champ de lotus - Cambodge, Phnom Penh


En quelques encablures, et, passé le nuage de fumée déclenché à l'arrivée par le redémarrage des motos qui se dispersent rapidement à la sortie de l'embarcation de métal, c'est la campagne cambodgienne que l'on retrouve. Sur la petite route principale qui débouche sur le lieu d'embarquement, on trouve une ou deux maisons qui proposent quelques vélos à la location.
 L'endroit est idéal comme point de départ d'une belle balade, mais l'ouverture de ces magasins de location de vélos plus ou moins improvisés est assez aléatoire. Quelques centaines de mètres vous mènent déjà aux abords de charmants champs de lotus et de citronnelle dont Ariyaksat s'est fait une spécialité.

Ariyaksat, la campagne cambodgienne à quelques minutes de Phnom Penh

Des balades à l'intinéraire improvisé vous feront visiter pagodes et villages, dont les artères principale en terre sont bordées de maisons traditionnelles khmères montées sur pilotis et reconnaissables à leur couleur bleue gris, dont on repeint les murs de bois.

Vous aurez également la possibilité de vous plonger un peu plus sur la multitude d'arbres fruitiers qui vous entourent, et bien que la majorité des fruits que vous retrouvez sur les marchés de la Phnom Penh proviennent en général des pays voisins, la campagne khmère et Ariyaksat regorge d'arbres fruitiers, papayers, cocotiers, bananiers et manguiers pour les plus identifiables... Goyaviers, longaniers, et mille autres encore...

Dessins prêts à être peints dans une pagode aux environs de Phnom Penh

A moto, vous pourrez, en vous promenant tout aussi aléatoirement croiser sur votre chemin des villages dont certaines maisons sont spécialisées dans la pêche et le fumage de poisson, ou encore tout simplement dans la confection de Kantel, ces fameux tapis colorés tressés de jonc. Un détour dans l'enceinte de l'une pagodes de village, toujours accueillantes vous réservera peut être la surprise d'une exposition improvisée, que vous décidiez de longer les rives du Mékong ou de vous enfoncer un peu plus dans les terres. 

Les rives du Mékong - Province de Kandal

Ferry Ariyaksat-Phnom Penh:
700 riels pour une moto, plus 500 par personne. Embarquer une camionnette reviendra à 10 000 riels. On peut en général payer indifféremment à l'embarquement ou au débarquement du ferry, au niveau des petits baraquements. 

Pour votre retour, vous trouverez à distance régulière sur les bords du Mékong des ferrys
qui vous re-déposeront de l'autre côté du fleuve.
Il est possible, si vous êtes en moto de rejoindre l'île Oknha Tey (Koh Okhna Tey)  et l'île de la Soie (Koh Dach) par les chemins, en se dirigeant vers le nord. vous emprunterez alors le bac qui vous ramènera vers Bakheng, et vous reviendrez sur Phnom Penh en empruntant le pont japonais.