visiting-cambodia.com
Vous êtes ici : Accueil > Culture > Vie quotidienne > Remèdes de la forêt

VIE QUOTIDIENNE

DES REMÈDES DE "YEY" ISSUS DE LA FORÊT

A l’orée des forêts, à l’entrée des chemins qui vous mèneront dans les collines et montagnes du pays, dans les Cardamones, à Kirirom ou encore dans le Ratanakiri, vous apercevrez souvent de petits stands sur lesquels vous trônent quelques bouts de bois et champignons savamment disposés, offerts à la vente par quelques grands-mères coiffées de kramas, qui sauront vous en donner les secrets et les recettes.

En voici quelques pièces, pour ceux qui seraient curieux de savoir quels sont les mystères de ces médecines issues de la forêt :

Champignon Ling Chu

Les champignons Ling Chu qui poussent sur les troncs et les racines des arbres forestiers peuvent être ramasser une fois par an. mis à mariner dans du Sra Sor, alcool de riz blanc typiquement cambodgien.
La boisson obtenue, selon les croyances locales, vous aidera à vous remettre de tous types de maux, comme le dit l’expression locale, à « soigner 100 maladies », selon l'expression khmère.

Champignon Sokrom

Les Psit Sokrom, autre type dechampignons poussant également sur les troncs et racines des arbres en forêt, sont préparés de la même manière, dans de l’alcool de riz, et d’après les croyances, les effets en sont similaires, le breuvage obtenu étant qualifié de « bon pour la santé » de manière générale.
 
Bois et lianes médicinales

De gauche à droite

Le bois Va ontong (en fait une sorte de liane)est infusé dans de l’eau chaude ou parfois dans de l’alcool de riz blanc, et devrait aider soulager les effets de diverses intoxications… Cela fonctionne a priori également pour se remettre d’une consommation excessive d’alcool. Certaines personnes gardent parfois un petit bout de bois dans leur bouche, persuadés qu’il pourront boire plus, les propriétés de ce bois leur permettant de résister mieux aux effets de l’alcool.

Le bois Ckhae Sraeng – est également infusé dans de l’eau chaude. La décoction est consommée pour faire tomber la fièvre. Certaines personnes pensent que ces infusions prises régulièrement peuvent également les aider à se soigner de l’hépatite B. Additionné à une autre plante nommée Mok Chneang, ce bois est également utilisé en décoction, pour soulager les douleurs menstruelles chez les femmes.

La racine Kdouy Svit– également infusée dans de l’eau chaude servirait à faire disparaître les infections qui se manifestent parfois par des abcès. Il semble que les enfants en particulier, soient sujets à ce type d’infections.

Racine Komar Pich
 
La racine Komar Pich – est quant à elle, conservée dans de l’alcool. La boisson obtenue serait utilisée comme fortifiant –pour les personnes faibles ou âgées, et aurait également des propriétés aphrodisiaques.
 
Estomac de porc épic malaisPiques de porc épic malais
 
Les piques et estomacs préalablement séchés de porc épic malais seraient tout particulièrement bénéfiques pour les femmes récemment accouchées dont on dit qu’elles ont les sorsai kchey, littéralement les veines jeunes, pour décrire un état de faiblesse général qui les rend particulièrement exposées à divers maux et maladies.

Les piques de porc épic sont préalablement brulées puis sont placées dans de gros pots d’alcool avec l’estomac séché, qui seront conservés plusieurs mois avant d’être consommé par les jeunes mamans, ce qui devrait les aider à se remettre et à se fortifier.

Ce remède, fort peu attrayant, est extrêmement apprécié par les Cambodgiens.

Bois de pin
 
Faux amis de la série, qui pourraient bien se retrouver parmi les diverses racines et écorces de bois citées plus haut, ces petits paquets de bois, qui s’avèrent en fait être des morceaux de bois de pin, extrêmement riches en sève, de très bons combustibles, vendus comme tels pour aider à embraser le charbon, encore couramment utilisé au Cambodge pour la préparation de la cuisine.