visiting-cambodia.com
Vous êtes ici : Accueil > Culture > Société > Le mariage cambodgien

LE MARIAGE CAMBODGIEN

DÉROULEMENT D’UNE CÉRÉMONIE DE MARIAGE KHMER


Le mariage, cérémonie aux étapes et rites bien définis, se déroulait avant sur plusieurs jours, de trois jours à une semaine entière.  C’est au cours 16e siècle que le Roi Preah Chey Chesda Thebdey en établit le déroulement qui perdure de nos jours.
La modernité –à Phnom Penh les fêtes de mariages se déroulent maintenant souvent dans les restaurants ou dans des complexes réservés à cet effet- et les contraintes financières liées à l’organisation d’une cérémonie aussi longue a finalement conduit les Cambodgiens à réduire les festivités à une durée d’environ une journée et demie, jugée plus raisonnable.
Traditionnellement, l’organisation de la fête échoue en général à la famille de la mariée, qui a reçu lors de la demande en mariage par le prétendant et sa famille une dot pouvant atteindre plusieurs milliers de dollars, et qui sera utilisée pour couvrir une partie des frais de la cérémonie.
On comptera parmi les frais la location des tenues qui seront portées par les mariés et leurs garçons et filles d’honneur –neak komdor, qui en changeront au moins cinq fois, en fonction des moments de la journée et du déroulement des rites de mariage, la rémunération pour les tous les musiciens, les donations pour l’Achar, maitre de cérémonie laïque et les bonzes, ainsi que la préparation des repas, la location des tables et des tentes.
 

PITHI SOUT MON - LA BÉNÉDICTION DES BONZES 

Le premier jour, en fin d’après midi, la cérémonie démarre avec la présence de bonzes, dont la venue dans un nombre pair, est un signe de bon augure, symbole d’unité pour les futurs mariés.  Ils viennent réciter des Sutra en présence de la famille et des amis proches, annonçant par leur chant aux âmes des ancêtres des deux familles la célébration de l’union qui marquera la venue d’un nouveau membre dans les familles.

Cette première journée se termine par un diner partagé en famille. 
 

PITHI HAE CHOMNUON

Le marié, sa famille et les invités forment une procession se rendant à la maison de la mariée

Le jour suivant, tôt le matin, une procession composée des invités part de la maison du marié, C’est le marié, ses garçons d’honneur et sa famille qui se rendent à la maison de la mariée, les bras chargés de présents, apportés sur des plateaux. Une fois arrivé, le cortège dépose les vivres et l’on procède à la présentation des familles, suivant des rites traditionnels prenant origine dans diverses légendes, comme par exemple l’échange de fruits et de fleurs Sla (bétel).

L’une de ces histoires, Som Sla Kanseng, rapporte que deux paysans, éleveurs de buffles souhaitant sceller leur amitié, décident de marier leurs enfants afin de devenir parents. Comme marque de respect de cette promesse d’engagement mutuel, les deux paysans échangent un foulard –krama- rempli de noix de bétel, geste que l’on exécute encore lors de la remise des présents et de la présentation des familles à l’issue de la procession.

Une autre légende nous raconte que quatre jeunes amis, dotés chacun de capacités particulières, possédant pour l’un des dons de voyance, pour l’autre de magie, les deux autres étant respectivement tireur et nageur d’exception. Après avoir terminé leurs études et sur le chemin qui les ramène chez eux, le jeune homme pouvant lire l’avenir annonce à ses amis que leur retour à la maison mettra sur leur route une jeune femme qui deviendra la femme de l’un d’eux. Peu de temps après, ils aperçoivent une jeune femme qui se baignait attaquée subitement par un grand oiseau. Ne faisant ni une ni deux le tireur descend l’oiseau tandis que le nageur se jette dans l’eau et ramène le corps inerte de la jeune femme sur la berge. Le dernier, fait usage de ses pouvoir magique pour ramener à la vie la jeune femme. Les quatre jeunes hommes tombés amoureux de leur jeune protégée, décident de faire appel à Bouddha pour les départager. Celui ci décide c’est le premier à l’avoir touchée, le garçon aux grandes qualités de nageur qui pourra l’épouser. Le voyant, le magicien et le tireur sont transformés et deviennent la mère, le père et le frère de la jeune femme.  

C’est selon cette légende que lors du mariage, trois fleurs –Pka Sla- sont également remises au père à la mère et aux frères et sœurs de la mariée pour témoigner de la gratitude qui leur est portée.

Depuis quelques années, suivant la tradition occidentale, certains mariés désireux de suivre une certaine mode ou de se montrer sous un jour plus moderne, choisissent de procéder à un échange d’alliance. C’est après Pithi Hae Chomnuon que cet échange a lieu.

Les mariés et leur suite vont se changer pendant que les invités se voient offrir un petit déjeuner. 

PITHI KAT SOK (LA COUPE DES CHEVEUX) ET PITHI LEANG CHHEUNG (LA TOILETTE DES PIEDS)

Cérémonie de la coupe des cheveux

La cérémonie de la coupe des cheveux tire, elle aussi son origine d’une légende, qui raconte l’union secrète du premier Roi du Cambodge, avec la fille du Roi Naga. Afin d’en informer son père, le Roi, la princesse fait couper par les Tevadas –divinités, une mèche de ses cheveux qui sera remis à son père.

Lors de la cérémonie, deux chanteurs-acteurs représentent les Tevadas. Ils passent derrière les mariés et font mine de couper une mèche de cheveux qui sera déposer dans une coupe dorée. Le geste est ensuite répété par l’ensemble des convives qui sont invités eux aussi à passer derrière les mariés et mimer la coupe d’un mèche de cheveux, ou encore qui parfumeront la chevelure des mariés. On croit que ce geste permettra d’éloigner malheurs et problèmes de la nouvelle vie que les mariés s’apprêtent à démarrer.

Les mariés se rendent ensuite à l'intérieur de la maison, où la cérémonie un autre rite sera tenu. La femme, en signe de respect, lave les pieds du mari à l'eau claire...

PITHI BONGVIL POPIL

Les couples parmi les invités et la famille se regroupent autour des mariés pour procéder à la bénédiction. Dans le cercle formé, des bougies enveloppées dans une feuille de banyan, passent de personne en personne jusqu'à effectuer sept fois le tour du cercle, et chacun prendra le temps de formuler silencieusement leur bénédiction. Ce rituel est aussi tiré d'une légende.

La cérémonie prend fin tôt dans l'après-midi, après les invités et les mariés noueront des petits bracelets de fil autour de leurs poignets, et les garderont plusieurs jours après la cérémonie. Ces bracelets, bénis par les bonzes, sont censés apporter de la chance au couple... 

Le soir, un repas et un bal sont organisés, où l'on retrouvera les personnes présentes depuis le matin, ainsi qu'un cercle plus large d'invités. On retrouve parmi ceux-ci les amis et connaissances, les relations de travail... Les invités arrivent en général à partir de 17h, et seront installés à des tables, en fonction des arrivées. Les plats, qui s'enchaînent, seront servis une fois que la table est complète. 

A l'entrée, une table est disposée avec une petite urne. Au Cambodge, on ne fait pas de cadeaux de mariage, mais chaque invité apporte dans une enveloppe un peu d'argent, à donner aux mariés ou à déposer dans l'urne. Cet argent sert à participer à couvrir les frais souvent lourds engagés pour le mariage. On donnera à partir de 10 à 20 $, jusqu'à 50$. Sachez que les registres sont tenus, et qu'il est de bon ton, si vous assistiez au mariage d'une personne invitée à votre mariage, de donner au moins autant sa participation !