visiting-cambodia.com
Vous êtes ici : Accueil > Culture > Société > La Fête des Eaux

FÊTES ET CÉLÉBRATIONS AU CAMBODGE

BON OM TOUK, LA FÊTE DES EAUX

Tous les ans, au mois de novembre, les Cambodgiens de toutes les provinces convergent vers la Capitale pour participer au festival le plus populaire du pays.

Les "touk", ces longues, très longues pirogues en bois, sortent de leur sommeil et quittent les pagodes où elles sont étroitement gardées pour naviguer vers le Tonlé Sap, et attendront le début des courses, parées de leurs plus belles couleurs, alignées sur les quais qui font face au Palais Royal.

Les Cambodgiens se réunissent sur les quais pour admirer les courses de bateaux de Bon Om Touk

Pendant quelques jours, la capitale va se transformer en véritable cour des miracles, les guest-houses étant littéralement prises d'assaut et nombre d’invités des provinces n'ayant pas de pied à terre à Phnom Penh s’installeront dans les pagodes transformées pour la peine en campements improvisés... qui débordent jusque sur les trottoirs de la ville.

Si vous allez admirer sur les quais les fières et fines embarcations qui accueilleront parfois plus de 60 personnes, dans les rues du cœur de la ville, c'est dans une véritable marée humaine dans laquelle vous serez plongés.

Tous viennent célébrer le changement de saison, qui se manifeste au Cambodge par un phénomène naturel assez spectaculaire. Tous les ans, le sens du courant entre le Tonlé Sap et le Mékong s'inverse, le Tonlé Sap qui se remplissait, commencera à se vider...

En parallèle, nous assistons à un autre phénomène de migration, les expatriés essayant de fuir le plus possible les festivités... vers la campagne.

DES COURSES QUI DURERONT TROIS JOURS

Courses de pirogues pour la Fête des Eaux à Phnom Penh

Les courses de pirogues ont lieu tout au long des trois jours de festivités. Près de 500 pirogues, plus belles les une que les autres, comptent des équipages chamarrés aux couleurs du village qu'elles représentent. Les noms des villages ou des pagodes d'où elles sont issues sont souvent peints sur la coque.

Vous verrez en vous promenant dans les villages de campagne, que ces pirogues, très longues, et hors de l'eau somme toute fort encombrantes, sont entreposées à proximité des pagodes dans des hangars souvent conçus spécialement à cet effet.

Il semble en effet que ces pirogues renferment, selon les croyances locales n’ayant par ailleurs aucun lien avec les croyances bouddhistes, une entité, mi-esprit mi-fantome, qui pousserait l'esprit combatif de l'équipe de rameurs qui la fera glisser sur l'eau une fois l'an. C'est pourquoi vous verrez à chaque avant des pirogues, des offrandes, destinées à maîtriser l'esprit et s'en attirer les faveurs.
 

Offrandes placées à la tête des pirogues

Vu du quai Sisowath, la bataille fait rage, les bateaux sont rapides et les courses se succèdent et donnent un spectacle tout à fait étonnant. La foule assemblée sur les bords de la rivière est également attachante. Marchands ambulants passent et manquent parfois de glisser et renverser leurs marchandises dans les eaux du fleuve.

Vendeur ambulant sur les quais du Tonlé Sap à Phnom Penh, à l'occasion de la Fête des Eaux

A la fin de la journée, les rives du fleuve se retrouvent transformées en véritable déchetterie flottante, parmi laquelle vous verrez quelques têtes d'enfants chiffonniers dépasser, profitant de l'animation créée pour récupérer un peu plus de bouteilles en plastique qu'ils pourront aller revendre quelques riels un peu plus loin. Ce tableau au goût parfois un peu amer est toutefois vite estompé par la magie de la soirée, quand le jour tombe, et que les pirogues bariolées laissent la place à la féérie de grands bateaux illuminés.

Bateaux illuminés le soir lors de la Fête des Eaux

Petits et grands regardent défiler bouche bée, une quinzaine de bateaux illuminés, et qui représentent chacun l'écusson ou les activités des Ministères du Cambodge. Un va-et-vient apaisant qui permet de terminer la journée sereinement, et de se préparer à regagner ses pénates à pieds pour un repos bien mérité avant de se replonger dans l'agitation de la journée suivante...


A PROPOS DU CARACTÈRE MAGIQUE DES COURSES DE PIROGUES, 
EXTRAITS TIRÉS DU LIVRE DE ANG CHOULÉAN, 
LES ÊTRES SURNATURELS DANS LA RELIGION POPULAIRE KHMÈRE

Les pirogues de ces courses toujours "tenues" par les brây(esprits de femmes mortes de malemort) Leur usage particulier, à savoir la course, nécessite une énergie supplémentaire : l'énergie magique. Or dans ce domaine, la brây est la seule en mesure de donner satisfaction. Pour cela, elle réside en permanence dans l'embarcation.Celle-ci est presque toujours la propriété du  monastère du village et c'est la raison pour laquelle elle est déposée dans un hangar spécial, dans l'enceinte du lieu sacré, parfois à côté du temple lui même. Des piquets obliques en forme de croix permettent de la surélever afin qu'elle ne touche pas le sol. Si elle n'est pas un objet d'un véritable culte ici, elle est en tous les cas redoutée : on n'ose pas la toucher, et à plus forte raison à se glisser en dessous sans raison sans motif. Les femmes enceintes ne peuvent même pas passer devant de peur de faire une fausse couche. [...]

Des yeux sculptés placés à la tête des pirogues

La présence de la brây est si forte que chaque pirogue se personnifie avec par exemple, les yeux de la pirogue "bhnaek tuk" que l'on fixe sur la partie avant de la pirogue sur la partie avant des deux côtés de l"embarcation juste avant la course. Celle-ci terminée, on doit absolument les enlever, comme si la présence de cet être par trop ambivalent était moins souhaitée en temps ordinaire que lors de la compétition durant laquelle sin énergie surnaturelle doir compléter la force des pagayeurs.[...]

2011, LA FÊTE DES EAUX ANNULÉE

Pour la première fois de son histoire, les festivités de Bon Om Touk ont été annulées en 2011 sur décision ministérielle après que de nombreuses provinces du Cambodge, dans des proportions toutefois moindres que la Thaïlande, ait été touché par des inondations mettant dans des situations critiques nombres de Khmers, ayant vu leur maison détruite ou endommagée par les eaux, leurs récoltes perdues… On garde en tête également la tragédie du pont alors bondé de Koh Pich, sur lequel plus de 300 visiteurs ont péri lors d’une bousculade ayant eu lieu un soir pendant la fête des Eaux en 2010.

2012,LA FÊTE DES EAUX ANNULÉE POUR LA DEUXIÈME FOIS,
POUR LE DEUIL DE SA MAJESTÉ LE ROI-PÈRE NORODOM SIHANOUK

Le Roi père, Sa Majesté Norodom Sihanouk, s'est éteint en Chine, dans la nuit du 15 au 16 Octobre, le dernier jour des célébrations de Pchum Ben.
Sa dépouille sera rapatriée au Cambodge le 17 Octobre 2012, un cortège l'accompagnera au Palais Royal de Phnom Penh aux alentours de 13h30, 14h. Elle sera exposée comme le veut la tradition, pendant trois mois dans la pagode du Palais Royal. Sept jours de cérémonies et de prières sont prévues devant le Palais Royal, pour les personnes qui souhaitent venir lui rendre un dernier hommage.