visiting-cambodia.com
Vous êtes ici : Accueil > Cuisine > Boissons > Café

BOISSONS

CAFÉ - កាហ្វេ

Le café, que l’on trouve dans les échoppes et cafés locaux, provient en général du Ratanakiri, ou est importé du Vietnam, plus rarement du Laos.
Le café cambodgien, de par sa torréfaction, a un petit goût de chocolat, tandis que le café vietnamien est en général plus fort et amer. Les deux donnent en général une boisson assez épaisse. Exit les machines à café électriques, on pratique ici la technique du café chaussette, le café étant mélangé à l’eau et mis à bouillir, puis passer dans de longs filtres en tissu.


CAFÉ CHAUD​ - កាហ្វេខ្មៅ

Le petit noir reste l’apanage des « grand-pères ». C’est un café assez épais et serré servi en général avec beaucoup de sucre.
Sur demande, on pourra vous le servir avec du lait, qui dans la plupart des cas, sera du lait concentré sucré. Quelques restaurants vous demanderont laisseront le choix entre du lait concentré ou du lait « frais ».

Comptez entre 1000 et 1500 riels la tasse ou le petit verre.


 

CAFÉ GLACÉ - កាហ្វេទឹកកក កាហ្វេទឹកដោះគោទឹកកក

Alors que dans certains pays européens, la consommation de café glacé reste assez rare, voire cantonnée à quelques chaines de type Starbucks et cie, ici, on le boit quotidiennement, à la ville comme à la campagne.

Café glacé cambodgien, noir ou au lait concentré sucré

Avec des glaçons, le côté serré du café local passera beaucoup mieux. Comme toujours, demandez à ce que le sucre soit ajouté en quantité modérée, si vous n’appréciez pas le sirop de café, et méfiez vous des cafés au lait glacés, qui sont également en général servis non seulement avec du lait concentré mais également avec une cuillère de sucre. Le résultat n’est toutefois pas désagréable !

Selon les endroits le café glacé noir vous reviendra entre 1000 et 1500 riels, un café au lait glacé entre 1500 et 2000…
A Phnom Penh, il s’ouvre actuellement de nombreux salon de thé / café. Les chaines Park café et autres T&C s’orientent vers une clientèle relativement aisée plutôt locale –le prix du verre étant environ au double de ce que vous trouverez dans la rue ou les échoppes locales, tandis que d’autres établissements s’installent dans les quartiers expatriés pour offrir tout une gamme de cafés importés qui raviront les détracteurs fortunés du café-chocolat.

Signe de l’intérêt grandissant pour le café produit localement, une compagnie australienne s’est également installée au Cambodge et propose des cafés de très bonne qualité en provenance du Laos, du Cambodge ou du Vietnam assemblés en différents blends avant d’être torréfiés et empaquetés à Phnom Penh.